Voir aussi
Réduire la police Augmenter la police Imprimer l'article
Sylvain Tesson

A lire absolument !!

Photo de Thomas Goisque Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson, récompensé par le prix Médicis Essai 2011, Éd. Gallimard.

Sylvain Tesson, pour rassasier son besoin de liberté, a trouvé une solution radicale et vieille comme les expériences des ermites de la vieille Russie : s’enfermer seul dans une cabane en pleine taïga sibérienne, sur les bords du Baïkal, pendant six mois.

De février à juillet 2010, il a choisi de faire l’expérience du silence, de la solitude, et du froid. Sa cabane, construite par des géologues soviétiques dans les années brejnéviennes, est un cube de rondins de trois mètres sur trois, chauffé par un poêle en fonte, à six jours de marche du premier village et à des centaines de kilomètres d’une piste. Vivre isolé du monde nécessite avant tout de s’imposer un rythme.

Le matin, Sylvain Tesson lit, écrit, fume, ou dessine. Puis ce sont cinq longues heures consacrées à la vie domestique : il faut couper le bois, déblayer la neige, préparer les lignes de pêche, réparer les avanies de l’hiver… Le défi de six mois d’ermitage, c’est de savoir si l’on réussira à se supporter. En cas de dégoût de soi, nulle épaule où s’appuyer, nul visage pour se lustrer les yeux. L’inspecteur forestier Chabourov qui l’a déposé sur cette grève le premier jour le savait.

Photo de Thomas Goisque Il lui a glissé, énigmatique, en se touchant la tempe : « Ici, c’est un magnifique endroit pour se suicider ». La solitude finira par se révéler fertile : quand on n’a personne à qui exposer ses pensées, la feuille de papier est un confident précieux ; le carnet de note, un compagnon poli. C’est ce journal que nous offre à lire Sylvain Tesson. En notant minutieusement, presque quotidiennement, ses impressions face au silence, ses luttes pour survivre dans une nature hostile, ses désespoirs, ses doutes, mais aussi, ses moments d’extase, de paix intérieure et d’osmose avec la nature, Sylvain Tesson nous fait partager une expérience hors du commun.

Finalement « la vie en cabane apprend à peupler l’instant, à ne rien attendre de l’avenir et à accepter ce qui advient comme une fête. Le génie du lieu aide à apprivoiser le temps ». Une expérience comme seule la littérature peut la ressaisir afin qu’elle ne soit pas seulement une aventure isolée, mais une aventure exceptionnelle à la portée de tous.

A voir et à revoir !

Photo Thomas Goisque 6 mois de cabane au Baïkal
Un film de Sylvain Tesson et Florence Tran
Coproduction : Bo Travail et Voyage
52 minutes – 2011
Le recours aux forêts, solution à tous les maux de l’existence ! Pour assouvir son besoin de liberté, Sylvain Tesson a trouvé une solution radicale... s’enfermer seul dans une cabane, en pleine taïga sibérienne, pendant six mois. Caméra à l’épaule, il rapporte les images de ses péripéties, de sa vie dans cette cabane et des paysages éblouissants qui l’entourent. Journal de bord d’un retour aux sources.

BIBLIOGRAPHIE

Ciel mon moujik ! Manuel de survie franco-russe, Éd. Chiflet & Cie, 2011.
Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit, Éd. Équateur, 2011.
Une vie à coucher dehors, Éd. Gallimard, 2009 (Prix Goncourt de la nouvelle 2009).
Lac Baïkal, Visions de coureurs de taïga, avec des photographies de Thomas Goisque, Éd. Transboréal 2008.
Un témoignage sur le retour des Russes à la vie des bois, sur les rivages du lac Baïkal aussi nommé « L’œil bleu de la Sibérie ».
Aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages, Éditions des Équateurs, 2008.
Éloge de l’énergie vagabonde, Éditions des Équateurs, 2007.
Sous l’étoile de la liberté, 6 000 kilomètres à travers l’Eurasie sauvage, photographies de Thomas Goisque, Éditions Arthaud, 2005.
Petit traité sur l’immensité du monde, Éditions des Equateurs, 2005.
L’Axe du Loup. De la Sibérie à l’Inde, sur les pas des évadés du Goulag. Éd. R. Laffont, 2004.
Les pendus, Éd. Le Cherche Midi, 2004.
Chroniques des bords du Rhin, Éditions du Verger, 2004.
Kataströf ! Bréviaire de survie français-russe, Éd. Mots et Cie, 2004.
Les Jardins d’Allah, Éditions Phébus, 2004.
Nouvelles de l’Est, Éditions Phébus, 2002.
La chevauchée des steppes : 3 000 km à cheval à travers l’Asie centrale, en collaboration avec Priscilla Telmon, Éd. Laffont, 2001.
La seconde côte d’Adam, dans Histoires de montagnes, collectif, Éd. Sortilèges, 2000.
Les métiers de l’aventure et du risque, Éd. Hachette, 2000.

Albums photographiques

Haute Tension : des chasseurs alpins en Afganistan (photographies de Thomas Goisque et illustrations de Bertrand de Miollis), Éd. Gallimard, 2009.
Lac Baïkal : visions de coureurs de taïga, en collaboration avec Thomas Goisque (photographies), Éd. Transboréal, 2008.
L’or noir des steppes : voyage aux sources de l’énergie, en collaboration avec Thomas Goisque (photographies), Éd. Arthaud, 2007.
Sous l’étoile de la liberté (photographies de Thomas Goisque), Éd. Arthaud, 2005.
Carnets de steppes : A cheval à travers l’Asie centrale, en collaboration avec Priscilla Telmon, Éd. Glénat, 2002.

FILM...

Les Chemins de la liberté de Nicolas Millet produit par Transparences productions et Voyage. 52 minutes - 2004.
Ce film a obtenu aux Écrans de l’Aventure de Dijon 2004 le Prix Jean-Marc Boivin pour l’authenticité de l’aventure et le Prix Jeune Réalisateur pour Nicolas Millet.

Pour plus d’information :
tesson.sylvain@free.fr